votre avocat du travail à Montpellier

Les droits de congés d’un salarié

Un contrat de travail est un acte qui engage la responsabilité des deux parties. En échange de leur prestation de qualité, les employeurs doivent accorder quelques droits à leur salarié. Et certains, pour méconnaissance de la loi, ou simplement par manquement pur et simple, se refusent à cette idée. Les conflits en matière du droit de travail sont de plus en plus fréquents. Parmi les plus renommés, on peut citer entre autres les droits de congés.

1 mois par an selon la loi

votre avocat du travail à Montpellier insiste sur le délai légal des congés payés à accorder à un salarié. Pour un an de contrat, chacun a droit à 1 mois payé. Néanmoins, il est quelques règles à respecter dans la demande d’une permission d’une telle longueur. Entre autres, il est nécessaire de respecter les délais imposés par le règlement intérieur pour la déposition de la demande. En outre, si l’employeur n’a pas le droit de refuser le congé, il est en mesure de repousser les dates en fonction de la disponibilité des équipes. En d’autres termes, un service ne peut prendre un congé en même temps pour le bien-être de la société.

Une possibilité d’étaler les congés

À titre d’information, le 1 mois de congés payés par an est un droit inaliénable de tout travailleur. Ce peut être des CDD ou des CDI ou encore des employés en freelance. Il faut toutefois avoir rempli 3 mois de service avant de demander à en faire usage. Il est possible d’étaler les congés tout au long de l’année. Il importe de souligner que le 1 mois en question a été calculé sur la base d’une journée par semaine. Pour ceux qui ont épuisé leur stock de permission, demander un congé de quelques jours est donc possible s’il est des obligations auxquelles on ne peut se soustraire.

Aucune diminution de salaire sauf pour le cas des congés parentaux

La problématique des demandes de congés ne consiste pourtant pas à en faire la demande. Généralement, les employeurs n’ont aucun mal à accorder quelques jours de repos à leur salarié. Il en va également de la qualité de service de ces derniers. Les conflits concernent le plus souvent la paye. Sous prétexte qu’il y a eu une absence de 4 semaines, certains patrons font baisser le salaire de base de leur employé, ce qui est parfaitement illégal. Si tel est le cas, il est toujours possible de négocier avec le chef ou, le cas échéant, d’engager un avocat afin de défendre ses droits. Il est à noter que l’on parle ici du revenu net mensuel est non des primes. Ce sont des avantages accordés en fonction de la performance de chacun qui est du pouvoir discrétionnaire de l’employeur. Cette règle ne s’applique pas non plus aux congés parentaux. Les femmes enceintes qui prennent un congé de maternité peuvent n’avoir droit qu’à 50% de leur salaire.